Méthode

Le vécu comme matière première. A la main, le scalpel d’une pensée autant que possible dépoussiérée et affûtée par l’exercice de la critique, de la (auto-)dérision et de la contradiction, tout autant que par l’inspiration de celles et ceux qui marchent devant.

Ces textes constituent également un exercice de reconquête du langage, perverti, novlangué, détourné, disqualifié.

Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde.

Albert Camus

Le langage est une arme dans la plupart des affaires humaines.

Noam Chomsky

Pas un seul mot sur ces pages n’est définitif. Le chemin se fait en marchant. En termes plus directs: j’ignore où mènent ces pa(ge)s. Mais nous pourrions faire ensemble un bout de chemin si vous voulez …

Caminante, no hay camino, Se hace camino al andar.         

Voyageur, il n’y a pas de chemin, Le chemin se fait en marchant.

Antonio Machado (Champs de Castille)(*)

A la quête des réponses immédiates, substituer la recherche des interrogations qui développent le champs de compréhension plutôt que de le refermer, celles qui relient et non celles qui tranchent.

pavement de la cathédrale de Chartres

Le labyrinthe constitue une intéressante métaphore de la méthode que je me plais à exercer: s’avancer hardiment, explorant différentes voies, sans garantie sur la destination. Et lorsque le constat s’impose, ne pas hésiter à reconnaître l’erreur, faire demi-tour et reprendre plus en amont …

La figure du labyrinthe a fait l’objet de nombreuses analyses de tous ordres (mathématique, symbolique, historique, spirituel, etc). Je me bornerai ici à constater que le schéma du labyrinthe illustrant ce blog progresse vers un centre, celui-ci étant d’une qualité iconique remarquable.

Comment ? Et Newton, Flemming, ou Hitler alors ?! Voir l’article: Tous banals et superflus.

Enfin, laissons à d’autres la croyance aux mythiques premiers de cordée, aux petits génies isolés. Toute l’humanité est une création collective. Rien n’a jamais vraiment été inventé par un individu, les pensées n’appartiennent à personne. L’auteur de ce blog s’efforce de citer au mieux ses références bibliographiques et de rendre à César, autant que faire se peut, ce qui intellectuellement lui revient. Les articles ici publiés sont à libre disposition de tout un chacun, moyennant le respect des termes de la licence ‘Creative Commons’ Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions (CC BY-SA 2.0). Les commentaires, observations, suggestions seront considéré(e)s avec intérêt et bienveillance. Le dispositif permettant l’envoi de commentaires, disponible à la fin de chaque article, fait l’objet d’une modération à priori.

__________

(*) Le court poème dont est tirée cette phrase bien connue mérite à mes yeux d’être intégralement publié ici.

Voyageur, le chemin
Ce sont les traces de tes pas
C’est tout ; voyageur,
Il n’y a pas de chemin,
Le chemin se fait en marchant
Le chemin se fait en marchant
Et quand tu regardes en arrière
Vois le sentier que jamais
Tu ne dois à nouveau fouler
Voyageur! Il n’y a pas de chemin
Rien que des sillages sur la mer.
Tout passe et tout demeure
Mais notre affaire est de passer
De passer en traçant
Des chemins
Des chemins sur la mer