Auteur

Même (et surtout) s’il constitue en quelque sorte la première matière première de ce blog, l’auteur souhaite conserver l’anonymat. Une manière qui en vaut bien d’autres de combattre les tentations narcissiques ? Paresseux de nature, il est vraisemblable néanmoins qu’il ne fera guère d’efforts pour se dissimuler à tout prix …

Qualifications ? Accréditations ? Aucune. Pourquoi la pensée devrait-elle être le monopole de professionnels patentés ? Chacun serait en capacité de faire son pain au levain à la maison, bricoler sa bagnole ou le lave-linge, mais pas de réfléchir au-delà de la liste des courses ou du projet de prochaines vacances ? Artisan (tâcheron même à certains égards), mais surtout amateur (au sens étymologique du terme: du latin amare, aimer) de la pensée, franc-tireur de la philosophie (toujours au sens étymologique du terme: du grec ancien cette fois φιλόσοφος, celui qui aime la sagesse (1)), maraudeur des idées (ce n’est peut-être pas nécessairement bien vu d’aller se servir dans tel ou tel pommier, mais j’y vais quand même !), j’essaye juste de réfléchir en fait. En laissant de côté les propositions faciles et consensuelles, le prêt à penser, ces larges avenues qui nous tendent les bras, pour leur préférer les petits chemins sombres et tortueux qui souvent nous offrent la chance de considérer de bien plus haut et bien plus largement les questions. Quitte à labourer également champs interdits et mines de non-dits ou tabous. Pas toujours confortable, d’accord, mais nul n’est obligé. Si certaines personnes devaient se sentir choquées, il ne s’agit nullement d’un objectif mais d’un éventuel effet collatéral.

__________

(1) Il semble dans l’air du temps de confondre ‘sagesse‘ et ‘se tenir sage’. Ainsi d’une escouade de policiers qui en remontre à l’Éducation Nationale en expliquant à des lycéens (à Mantes-la-Jolie, pas dans une école privée d’un arrondissement friqué bien entendu) comment se tenir sages: agenouillés en rangs, mains sur la nuque, entourés de policiers en armes. Ou du monarque Manu Ier, expliquant à une dame jetée au sol par des policiers lors d’une manifestation, que à 73 ans elle pourrait faire preuve d’une certaine forme de sagesse, c’est-à-dire s’abstenir et rester au chaud à la maison avec son tricot et le chat pupuce. La sagesse, en d’autres termes, ne serait autre chose que la soumission à l’autorité. Il me semble utile de rappeler que ce n’est pas dans ce sens que je recours ici à ce terme, mais bien au sens de “connaissance critique, juste appréciation des choses” (CNRTL, ci-dessus).